ONSSAONSSAONSSA
ONSSAONSSAONSSA

phytosanitary controls

Le contrôle phytosanitaire a pour objectif d’éviter l’introduction sur le territoire national de nouveaux organismes potentiellement dangereux dites de quarantaine et à limiter leur propagation d’une zone à une autre, par la vérification au niveau des postes frontières, de l’état phytosanitaire des végétaux et produits végétaux importés, par la surveillance sanitaire des cultures à l’intérieur du pays et par la préservation de la qualité des produits à l’exportation.

En effet, le transport et en particulier le commerce de matériel végétal de multiplication ont pour conséquence l’introduction, par inadvertance, d’organismes nuisibles. Ces introductions sont généralement sans conséquences, mais ces organismes peuvent parfois s’établir dans le pays et conduire à des dommages souvent considérables à l’agriculture et à la nature, en menaçant les équilibres naturels par une forte reproduction.

Par conséquent, il est logique d‘agir à titre préventif et d’empêcher l’introduction de ces organismes ou tout du moins, à en endiguer la dissémination. La réglementation nationale sur la police sanitaire des végétaux et produits végétaux fixe les mesures à entreprendre pour éviter autant que possible la dissémination des organismes nuisibles en établissant une liste d’organismes contre lesquels des mesures de prévention et de lutte s’imposent. Etant donné le coût élevé des mesures préventives et leur impact négatif sur le commerce, seuls les plus importants sont pris en considération.

Il s’agit d’organismes qui causent des dommages agricoles avérés, dont la dissémination peut être combattue efficacement. Les organismes qui sont déjà bien implantés ou qui ne sont pas combattus officiellement n’appartiennent pas à cette liste, d’où les organismes de quarantaine.

Toutefois, le système de contrôle phytosanitaire est composé de deux éléments:

  • Un cadre juridique et des outils d’appui technique;
  • Une organisation officielle, en l’occurrence les services de la protection des végétaux appartenant à l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires, dotée de ressources et d’infrastructures suffisantes, chargés de faire fonctionner ou de superviser le système de contrôle.

Le cadre réglementaire donne le pouvoir juridique aux services de la protection des végétaux pour exercer leurs fonctions de contrôle de santé végétale, de prendre les mesures auxquelles les végétaux et produits végétaux importés, exportés ou circulant à l’intérieur du pays doivent être conformes, et de mettre en œuvre des mesures d’urgence en cas d’apparition d’organismes nuisibles à caractère calamiteux ou en cas de risques potentiels d’introduction dans le territoire national d’organismes nuisibles de quarantaine.

D’autre part, les services de la protection des végétaux sont chargés d’appliquer les obligations prises par notre pays dans le cadre de la Convention Internationale pour la Protection des Végétaux (CIPV) qui comprennent les responsabilités en matière de la délivrance de certificats phytosanitaires à l’export, la gestion de la surveillance de foyers et de la lutte contre des organismes nuisibles, la conduite d’inspection, les tests de laboratoire et, au besoin, la désinfection des envois de végétaux et produits végétaux, l’assurance de la sécurité phytosanitaire des envois depuis la certification jusqu’à l’exportation, l’établissement et la protection de zones exemptes d’organismes nuisibles, l’analyse du risque phytosanitaire, la formation et la valorisation des ressources humaines.

De ces responsabilités découlent des fonctions dans des domaines tels que l’administration, l’audit et la vérification de conformité, les mesures en cas de non-conformité, les actions d’urgence, le règlement des différends. Des exigences sont également prescrites en matière de liaison internationale et nationale, de documentation et de communication.

Les contrôles phytosanitaires à l’importation, à l’exportation et à l’intérieur du pays visent à prévenir l’introduction et la propagation d’organismes nuisibles dangereux susceptibles d’engendrer des pertes directes ou indirectes sur le patrimoine végétal national par:

  • A l’importation, les contrôles phytosanitaires s’effectuent aux points d’entrée et visent à éviter l’introduction des organismes nuisibles des végétaux et produits dans le territoire national;
  • A l’exportation, les contrôles phytosanitaires visent à s’assurer du respect de la réglementation du pays de destination en matière de santé des végétaux et produits végétaux;
  • A l’intérieur du pays, la surveillance sanitaire vise à garantir l’état sanitaire des végétaux et les produits végétaux au cours de leur production, de leur circulation et de leur plantation;
  • Au niveau des pépinières, le contrôle sanitaire vise l’application de la réglementation en vigueur afin d’éviter la propagation des organismes nuisibles à partir des produits végétaux destinés à la plantation.

The objective of plant health control is to prevent the introduction into the national territory of new potentially dangerous organisms known as quarantine organisms and to limit their spread from one zone to another, by checking at border posts, the phytosanitary status of imported plants and plant products, by the sanitary surveillance of crops within the country and by the preservation of the quality of products for export.

The transport and in particular the trade in propagating material results in the inadvertent introduction of harmful organisms. These introductions are generally without consequences, but these organisms can sometimes be established in the country and lead to often considerable damage to agriculture and nature, threatening the natural balances by a strong reproduction.

Therefore, it makes sense to act as a preventative measure and to prevent the introduction of these organisms or at least to stem their spread. The national animal health regulations for plants and plant products shall lay down the measures to be taken to avoid as far as possible the spread of harmful organisms by establishing a list of organisms against which preventive and control measures are necessary. Given the high cost of preventive measures and their negative impact on trade, only the most important are taken into account.

These are organisms that cause proven agricultural damage, the spread of which can be effectively combated. Organisms that are already well established or not officially combated do not belong to this list, hence quarantine pests.

However, the phytosanitary control system consists of two elements:

  • A legal framework and technical support tools;
  • An official organisation, in this case the plant protection services belonging to the National Office for Food Safety, with sufficient resources and infrastructure, Responsible for operating or supervising the control system.

The regulatory framework provides the legal authority for plant protection services to carry out their plant health control functions, to take measures to which imported plants and plant products, exported or circulating within the country must comply, and to implement emergency measures in the event of the occurrence of pests of a calamitous nature or of potential risks of introduction into the national territory of quarantine pests.

On the other hand, the plant protection services are responsible for implementing the obligations taken by our country under the International Plant Protection Convention (IPPC) which include responsibilities for the issuance of phytosanitary export certificates, management of household surveillance and pest control, conduct of inspections, laboratory tests and, where necessary, the disinfection of consignments of plants and plant products, the assurance of the phytosanitary safety of consignments from certification to export, the establishment and protection of pest-free areas, the analysis of the phytosanitary risk, training and development of human resources.

From these responsibilities arise functions in areas such as administration, audit and compliance verification, measures for non-compliance, emergency actions, dispute resolution. There are also requirements for international and national liaison, documentation and communication.

Phytosanitary controls on imports, exports and within the country are intended to prevent the introduction and spread of harmful harmful organisms which may cause direct or indirect losses to the national plant heritage by:

  • On importation, phytosanitary controls are carried out at the points of entry and are intended to prevent the introduction of harmful organisms of plants and products into the national territory;
  • On export, phytosanitary controls are aimed at ensuring compliance with the regulations of the country of destination concerning the health of plants and plant products;
  • Within the country, health surveillance shall aim at ensuring the health status of plants and plant products during their production, circulation and planting;
  • At the nursery level, health control is aimed at applying the regulations in force to prevent the spread of harmful organisms from plant products intended for planting.