ONSSAONSSAONSSA
ONSSAONSSAONSSA

Protection of plant heritage

Protection du patrimoine végétale

Le patrimoine végétal national est en perpétuel mutation du fait de l’introduction de cultures nouvelles et du développement de certaines cultures dans des contextes agro-climatiques et économiques favorables. Cette situation augmente les risques d’introduction et de propagation des organismes nuisibles des végétaux et produits végétaux. Ainsi, la santé des végétaux est soumise aux aléas causés par les attaques des organismes nuisibles et qui se traduit souvent par:

  • la résurgence d’organismes nuisibles jusqu’à présent considérés comme étant secondaires;
  • le développement alarmant d’organismes connus et qui peuvent prendre l’aspect de fléaux ou d’épidémie;
  • l’apparition de nouveaux organismes nuisibles notamment ceux de quarantaine.;

Eu égard à la nature microscopique et morphologique des organismes nuisibles, leur développement peut passer inaperçu et échapper à la vigilance des agriculteurs et des producteurs entrainant ainsi des pertes considérables en quantité et en qualité des produits récoltés. Les virus, les mycoplasmes, les bactéries, les champignons, les insectes, les acariens, les mauvaises herbes, les plantes envahissantes… sont autant d’organismes qui peuvent être nuisibles au cours de tout le stade végétatif de la plante (semence, feuilles, tiges, racines, fruits, graines…).

La protection phytosanitaire du patrimoine végétal est une activité indispensable pour sauvegarder la santé des végétaux et des produits végétaux et de maintenir les pertes causées par les organismes nuisibles à des niveaux économiquement acceptables. Pour ce faire, des actions et des mesures mises en œuvre doivent être prises pour atteindre les objectifs escomptés notamment par la surveillance sanitaire des cultures, la lutte contre les organismes nuisibles (y compris les plantes exotiques envahissantes), la police phytosanitaire des végétaux et produits végétaux aux frontières et à l’intérieur du territoire en vue d’éviter l’introduction et la dissémination des organismes nuisibles des cultures. Ces actions sont exécutées par les services de la protection des végétaux en concertation avec les départements ministériels, les associations professionnelles, les producteurs, les importateurs et les exportateurs des végétaux et produits des végétaux tout en tenant des exigences réglementaires en vigueur et des accords internationaux en la matière.

The national plant heritage is constantly changing due to the introduction of new crops and the development of certain crops in favourable agro-climatic and economic contexts. This increases the risk of introduction and spread of plant pests and plant products. Thus, the health of plants is subject to the hazards caused by the attacks of harmful organisms, which often results in:

– the resurgence of pests hitherto considered secondary;

– the alarming development of known organisms which may take the form of plagues or epidemics;

– the emergence of new pests, especially quarantine pests.

Given the microscopic and morphological nature of the pests, their development can go unnoticed and escape the vigilance of farmers and producers, resulting in considerable losses in quantity and quality of the harvested products. Viruses, mycoplasmas, bacteria, fungi, insects, mites, weeds, invasive plants… are all organisms that can be harmful throughout the vegetative stage of the plant (seed, leaves, stems, roots, fruits, seeds…).

Plant health protection of plant heritage is an essential activity to safeguard the health of plants and plant products and to maintain losses caused by harmful organisms at economically acceptable levels. To do this, actions and measures implemented must be taken to achieve the intended objectives, in particular through crop health surveillance, pest control (including invasive alien plants), plant health of plants and plant products at the borders and within the territory in order to avoid the introduction and spread of pests of crops. These actions are carried out by the plant protection services in consultation with the ministerial departments, the trade associations, producers, importers and exporters of plants and plant products while maintaining existing regulatory requirements and international agreements.