ONSSAONSSAONSSA
ONSSAONSSAONSSA

Plague of small

LA PESTE DES PETITS RUMINANTS (PPR)

1-Présentation :

La peste des petits ruminants (PPR) est une maladie virale contagieuse qui affecte principalement les moutons et les chèvres, et n’est pas transmise à l’homme. La maladie est présente dans plusieurs régions, dont l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie. Le virus responsable de cette maladie ne peut pas résister longtemps dans l’environnement extérieur en raison de sa faiblesse. Les animaux infectés excrètent de grandes quantités de virus en versant des larmes et en sécrétant de la salive et des matières fécales. La toux et les éternuements contribuent également à sa propagation, ce qui entraîne une transmission rapide de la maladie par contact direct entre animaux. D’autre part, le rassemblement d’animaux provenant de différentes directions entraîne la propagation de la maladie. Les taux de morbidité et de mortalité, dans un troupeau infecté, varient entre 50 et 70 %. Aussi, ces taux peuvent être beaucoup plus faibles (taux zéro) selon le degré de résistance naturelle des animaux.

2- Le statut sanitaire national et le programme de lutte contre les maladies :

La peste des petits ruminants (PPR) est apparue pour la première fois au Maroc en juillet 2008. Les services vétérinaires nationaux ont été mobilisés et les moyens humains et matériels nécessaires ont été mobilisés pour la contrôler et éviter sa propagation au reste du pays. , une stratégie de lutte contre la maladie a été élaborée, représentée par le lancement de trois campagnes de vaccination, De 2008 à 2010, le cheptel national ovin et caprin a été vacciné contre la PPR, parallèlement à la mise en place de mesures sanitaires vétérinaires pour entourer les foyers déclarés conformément avec les lois en vigueur et le renforcement de la lutte contre les épidémies dans tout le pays. Cette stratégie a déjà permis de contrôler la maladie, le dernier cas ayant été annoncé le 5 novembre 2008.

Par ailleurs, afin de contrer toute nouvelle entrée de ce virus de la maladie en provenance des pays voisins, les services vétérinaires de l’Office National pour la Sécurité des Produits Sanitaires travaillé En 2011, le Programme Alimentaire a lancé une campagne de vaccination contre la PPR dans les provinces frontalières. La stratégie adoptée depuis est de renforcer la surveillance épidémiologique de la maladie sur l’ensemble du territoire national et de gérer les foyers potentiels déclarés en appliquant la législation mesures sanitaires et vaccination autour des foyers. Parallèlement aux mesures précitées, le dispositif d’investigation des symptômes cliniques de la maladie s’est poursuivi au niveau national à travers des enquêtes de terrain continues menées par les services vétérinaires de l’Office National de la Sécurité Alimentaire Produits avec la participation des vétérinaires délégués.

Par ailleurs, une enquête sérologique a été menée en 2012 en prélevant des sérums représentatifs au niveau national, ce qui a permis de renforcer les résultats positifs de la stratégie adoptée, qui s’est traduite par l’absence de transmission du virus à l’origine de la maladie, ainsi qu’en présence d’une bonne immunité acquise chez des animaux préalablement vaccinés.

Procédures parallèles qui ont été effectuées

Depuis l’émergence de la PPR au Maroc, en plus des mesures de lutte visant à réduire et contrôler la maladie, plusieurs mesures parallèles ont été mises en œuvre pour atteindre les objectifs fixés, notamment :

– Notification immédiate de la maladie à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et aux principaux partenaires du Maroc ;

– Rédaction d’un arrêté ministériel sur cette maladie ;

– Informer et éduquer les différentes parties prenantes (services vétérinaires, vétérinaires délégués, collectivités territoriales, éleveurs…) ; Diverses procédures de communication et médias (communiqués de presse, radio et télévision, etc.) ;

– Production d’un vaccin spécial contre cette maladie au niveau national par la société étatique Biopharma, qui a permis de mener avec succès diverses campagnes de vaccination pour le troupeau national ;.

– Collaboration étroite avec les autres services concernés pour assurer une bonne surveillance épidémiologique et vaccination de tous les ovins et caprins présents sur le territoire national (Gendarmerie Royale, collectivités territoriales…) ;.

– Coopération avec d’autres organisations internationales (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, Organisation mondiale de la santé animale) cadrage nécessaire pour un meilleur contrôle de la maladie.

 

1-Presentation :

Peste des petits ruminants (PPR) is a contagious viral disease that mainly affects sheep and goats, and is not transmitted to humans. The disease is present in several regions, including Africa, the Middle East and Asia. The virus responsible for this disease cannot resist long in the external environment because of its weakness. Infected animals shed large amounts of virus by shedding tears and secreting saliva and feces. Coughing and sneezing also contribute to its spread, resulting in rapid transmission of the disease through direct contact between animals. On the other hand, collecting animals from different directions leads to the spread of the disease. Morbidity and mortality rates in an infected herd range from 50% to 70%. Also, these rates can be much lower (zero) depending on the degree of natural resistance of the animals.

2- National health status and disease control programme :

Peste des petits ruminants (PPR) first appeared in Morocco in July 2008. The national veterinary services were mobilized and the necessary human and material resources were mobilized to control it and prevent its spread to the rest of the country. , a disease control strategy was developed, represented by the launch of three vaccination campaigns, From 2008 to 2010, the national sheep and goat herd was vaccinated against PPR, Parallel to the establishment of veterinary health measures to surround outbreaks declared in accordance with current laws and the strengthening of the fight against epidemics throughout the country. This strategy has already been successful in controlling the disease, with the last case announced on November 5, 2008.

In addition, in order to counter any new entry of this disease virus from neighbouring countries, the veterinary services of the National Office for Health Product Safety worked in 2011, The Food Programme has launched a vaccination campaign against PPR in border provinces. The strategy adopted since then is to strengthen the epidemiological surveillance of the disease throughout the country and to manage the declared potential outbreaks by applying health measures and vaccination legislation around the outbreaks. In parallel with the above measures, the device of investigation of the clinical symptoms of the disease has continued at national level through continuous field investigations conducted by the veterinary services of the National Office of the Food Safety Products with the participation of the veterinarians delegates.

In addition, a serological survey was carried out in 2012 using nationally representative serums, which helped to reinforce the positive results of the strategy adopted, which resulted in the absence of transmission of the virus at the origin of the disease, and in the presence of good immunity acquired in previously vaccinated animals.

Parallel procedures performed

Since the emergence of PPR in Morocco, in addition to control measures to reduce and control the disease, several parallel measures have been implemented to achieve the objectives set, including:

– Immediate notification of the disease to the World Organisation for Animal Health (OIE) and Morocco’s main partners;

– Drafting of a ministerial order on this disease;

– Inform and educate the various stakeholders (veterinary services, delegated veterinarians, local authorities, breeders, etc.); Various communication procedures and media (press releases, radio and television, etc.);

– Production of a special vaccine against this disease at national level by the state company Biopharma, which has made it possible to successfully carry out various vaccination campaigns for the national herd.

– Close collaboration with the other departments concerned to ensure good epidemiological surveillance and vaccination of all sheep and goats present in the national territory (Gendarmerie Royale, local authorities…).

– Cooperation with other international organisations (Food and Agriculture Organization of the United Nations, World Organisation for Animal Health) necessary framework for better control of the disease.