ONSSAONSSAONSSA
ONSSAONSSAONSSA

Bovine Tuberculosis

  1. Cadre réglementaire et importance de la maladie

Au Maroc, la tuberculose bovine est une maladie réputée légalement contagieuse en vertu du Dahir portant loi n°1-75-292 du 19 septembre 1977. Elle est de ce fait une maladie à déclaration obligatoire et nécessite l’application des mesures de police sanitaire vétérinaire édictées par l’arrêté du Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime n°837-13 du 08 mars 2013.

Compte tenu de son caractère zoonotique mais également des pertes économiques consécutives aux saisies de viandes et d’abats aux abattoirs et des baisses de production constatées dans les élevages où elle sévit, la mise en place d’un programme de prophylaxie contre la tuberculose s’avère indispensable.

Le dépistage de la tuberculose bovine se fait par la tuberculination. Celle-ci est effectuée par les vétérinaires publics ou par des vétérinaires privés munis du mandat sanitaire.

  1. Historique

L’incidence de la tuberculose bovine a nettement évolué depuis le lancement de l’importation des bovins laitiers à partir de 1960 et l’intensification de l’importation en 1975 dans le cadre du plan laitier national qui envisageait le développement du secteur des bovins laitiers.

La lutte contre cette maladie s’est opérée depuis des décennies, en se basant sur le dépistage des bovins laitiers. Les mesures de police sanitaire (dont notamment l’abattage des bovins réagissants) sont appliquées conformément à la réglementation en vigueur.

  1. Situation sanitaire au niveau national

La tuberculose bovine sévit au Maroc à l’état enzootique dans les élevages bovins. En effet, cette maladie est constatée régulièrement dans les abattoirs nationaux (avec une prévalence moyenne de 1,7% enregistrée durant la période 2000-2010) à l’occasion des inspections vétérinaires effectuées par les vétérinaires inspecteurs de l’ONSSA, et fait l’objet de saisies d’abats et d’organes.

En plus, dans les élevages, cette maladie est répandue dans toutes les régions d’élevage bovin du pays avec des prévalences variables selon le mode de conduite des troupeaux et la taille de l’élevage. En effet, l’enquête épidémiologique effectuée en 2003/2004 a montré que la prévalence de cette maladie augmente de façon proportionnelle avec la taille des élevages. Toutefois, les élevages de petite taille (inférieure ou égale à 5 têtes) sont les plus fréquents.

  1. Regulatory framework and importance of disease
In Morocco, bovine tuberculosis is a disease considered legally contagious under the Dahir Law n°1-75-292 of 19 September 1977. It is therefore a reportable disease and requires the application of veterinary animal health measures issued by the decree of the Minister of Agriculture and Maritime Fisheries n°837-13 of 08 March 2013. In view of its zoonotic character, but also of the economic losses resulting from the seizures of meat and offal at slaughterhouses and of the reductions in production observed on the farms where it is found, The establishment of a tuberculosis prophylaxis programme is essential. Testing for bovine tuberculosis is done through tuberculin. This is done by public veterinarians or by private veterinarians with a health warrant.
  1. Historic
The incidence of bovine tuberculosis has changed markedly since the introduction of dairy cattle imports in 1960 and the intensification of imports in 1975 under the national dairy plan which envisaged the development of the dairy cattle sector. The fight against this disease has been going on for decades, based on the detection of dairy cattle. Animal health measures (including the slaughter of reactive cattle) shall be applied in accordance with the regulations in force.
  1. Health situation at national level
Bovine tuberculosis occurs in Morocco in the enzootic state in cattle farms. Indeed, this disease is regularly observed in national slaughterhouses (with an average prevalence of 1.7% recorded during the period 2000-2010) during veterinary inspections carried out by veterinary inspectors of ONSSA, and seizures of offal and organs. In addition, in livestock, this disease is widespread in all areas of cattle farming in the country with varying prevalences depending on the mode of management of the herds and the size of the livestock. Indeed, the epidemiological survey carried out in 2003/04 showed that the prevalence of this disease increases in proportion to the size of the farms. However, small farms (less than or equal to 5 heads) are the most common.